Sarea

International | Français

Le Développement pour Euskal Herria du Protocole dessine une feuille de route pour exécuter une nouvelle politique linguistique

Z32A6765Le Conseil des Organismes Sociaux de l’euskara Kontseilua à présenté au Musée San Telmo de Donostia, Le développement pour Euskal Herria du Protocole pour la Garantie des Droits Linguistiques. Ce document est le fruit du travail en commun entre de nombreux acteurs sociaux durant l’année et demi écoulé. Travail qui avait débuté au lendemain de la présentation du Protocole pour la Garantie des Droits Linguistiques à Donostia en Décembre 2016.

Plus de 80 entités sociales et individualité ont participé au processus d’élaboration du document, une diversité qui c’est vue reflétée aussi lors de la présentation. On participé à la table ronde: pour Urtxintxa eskola, le centre de loisir de Bizkaia, Amagoia Osinalde, le directeur de la Fondation Puntueus, Josu Waliño, le responsable pour l’euskara de l’association Sortzen (association des parents et des professeurs du secteur de l’enseignement public en Nafarroa et la Comunauté Autonome d’Euskadi, Olatz Egiguren et la responsable pour l’euskara du syndicat LAB Amaia Aurrekoetxea. Le Secrétaire général de Kontseilua Paul Bilbao a rappellé que la majorité syndicale avait apporté son soutient au Protocole en mai 2017.

Le travail réalisé durant l’année écoulée s’est centré sur la mise en concrétion de chaque mesure du Protocole. En effet chaque mesure a été examinée afin de voir quelle sont les conditions nécessaires pour son accomplissement. Chaque mesure a été examinée à la loupe en partant de la réalité de l’Euskara et des caractéristiques qui en découlent, travail qui servira à marquer les priorités de la mise en œuvre d’une politique linguistique basé sur les droits linguistiques.

Amagoia Osinalde a fait remarquer la contribution du Protocole au secteur du loisir. En effet le Protocole traite le sujet de façon différenciée ce qui permet un meilleur traitement.

Waliño a expliqué que l’environnement digital touche tout les secteurs de la société et pour autant, la langue en est le vecteur majeur.

Egiguren a expliqué l’essence du document. Le Protocole est basé sur les droits linguistiques et les mesures qui s’y proposent sont pour les garantir. Le document présenté aujourd’hui définit chaque mesure en lui donnant des caractéristiques et en marquant des conditions pour son accomplissement. « En y marquant les priorités nous pourrons élaborer les bases pour une nouvelle politique linguistique » a-t-elle remarqué.

Aurrekoetxea a remarqué que le Protocole définit les droits linguistiques du travailleur et que pour cela il a une valeur ajouté. Elle a aussi expliqué que le Protocole défini les responsables et donne à chacun la responsabilité d’aller de l’avant dans le développement de la langue.

Le Secrétaire général de Kontseilua a fait un appel aux administrations: alors que celle-ci parle de redéfinir les politiques linguistiques, Paul Bilbao voit qu’il est temps d’avoir une approche holistique et intégratrice. Selon Bilbao, « Le Développement du Protocole va aider à faire le pas dans ce sens.”

Pour finir, il a remarqué l’importance du travail en commun ainsi que le fait que des acteurs si divers aient participé au processus.